Délégationdes Hauts-de-Seine

Logement. L’équipe de La Rampe à Colombes témoigne

Urgence dans le 92 : mettre les personnes faibles à l’abri !

Vendredi 16 septembre, une jeune femme de 23 ans, réfugiée congolaise, titulaire d’une carte de séjour obtenue à Mayotte, présente en métropole depuis quelques jours, est arrivée à La Rampe avec son plus jeune frère, âgé de 17 ans, et son fils, âgé de 6 ans. Ils ont été amenés à La Rampe par une autre personne qui les avaient trouvés la veille dans la rue, près de son foyer à 20 h, et les a hébergés tout en sachant bien qu’elle n’en avait pas le droit.

Après avoir passé une heure à appeler en vain le 115, un responsable a finalement été contacté et a dit ne pouvoir rien faire pour cette famille, des ordres ayant été donnés leur demandant de ne plus attribuer de nuitées à personne sauf à des femmes victimes de violences. Cette jeune femme, qui a vu sa famille massacrée par la guerre, a elle-même été victime de violences et se retrouve à 23 ans en charge de son plus jeune frère et de son enfant, ne rentre donc pas dans le cadre voulu.

Étant à la rue, elle est allée à l’hôpital, qui lui a payé deux nuits d’hôtels en lui demandant pour la suite de contacter son assistante sociale. L’hôpital a fait savoir entretemps qu’il ne souhaitait plus que des familles lui soient orientées.

Ce sont des situations très graves que l’on ne peut pas taire.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne